Donatien Alphonse François Marquis de Sade

of 611
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Transcript
    Donatien Alphonse François Marquis de Sade HISTOIRE DE JULIETTE Diffusion Libre  Numérisation : T. Selva    - Page 2 - Donatien Alphonse François Marquis de Sade Histoire de Juliette ou Les Prospérités du Vice ...........................................................Première Partie .........................................................Deuxième Partie .........................................................Troisième Partie ........................................................Quatrième Partie ........................................................Cinquième Partie ............................................................Sixième Partie   Première partie - Page 3 - PREMIÈRE PARTIE Ce fut au couvent de Panthemont que Justine et moi fûmes élevées. Vous connaissez la célébrité de cette abbaye, et vous savez que c'était de son sein que sortaient depuis bien des années les femmes les plus jolies et les plus libertines de Paris. Euphrosine, cette jeune  personne dont je voulus suivre les traces, qui, logée dans le voisinage de mes parents, s'était évadée de la maison paternelle pour se jeter dans le libertinage, avait été ma compagne dans ce couvent ; et comme c'est d'elle et d'une religieuse de ses amies que j'avais reçu les premiers  principes de cette morale qu'on est surpris de me voir, aussi jeune, dans les récits que vient de vous faire ma sœur, je dois, ce me semble, avant tout, vous entretenir de l'une et de l'autre... vous rendre un compte exact de ces premiers instants de ma vie où, séduite, corrompue par ces deux sirènes, le germe de tous les vices naquit au fond de mon cœur. La religieuse dont il s'agit s'appelait Mme Delbène ; elle était abbesse de la maison depuis cinq ans, et atteignait sa trentième année, lorsque je fis connaissance avec elle. Il était impossible d'être plus jolie : faite à peindre, une physionomie douce et céleste, blonde, de grands yeux bleus pleins du plus tendre intérêt, et la taille des Grâces. Victime de l'ambition, la jeune Delbène avait été mise à douze ans dans un cloître, afin de rendre plus riche un frère aîné qu'elle détestait. Enfermée dans l'âge où les passions commencent à s'exprimer, quoique Delbène n'eût encore fait aucun choix, aimant le monde et les hommes en général, ce n'avait  pas été sans s'immoler elle-même, sans triompher des plus rudes combats, qu'elle s'était enfin déterminée à l'obéissance. Très avancée pour son âge, ayant lu tous les philosophes, ayant  prodigieusement réfléchi, Delbène, en se condamnant à la retraite, s'était ménagé deux ou trois amies. On venait la voir, on la consolait ; et comme elle était fort riche, l'on continuait de lui fournir tous les livres et toutes les douceurs qu'elle pouvait désirer, même celles qui devaient le plus allumer une imagination... déjà fort vive, et que n'attiédissait pas la retraite. Pour Euphrosine, elle avait quinze ans lorsque je me liai avec elle ; et elle était depuis dix-huit mois l'élève de Mme Delbène, lorsque l'une et l'autre me proposèrent d'entrer dans leur société, le jour où je venais d'entrer dans ma treizième année. Euphrosine était brune, grande  pour son âge, fort mince, de très jolis yeux, beaucoup d'esprit et de vivacité, mais moins jolie,  bien moins intéressante que notre supérieure. Je n'ai pas besoin de vous dire que le penchant à la volupté est, dans les femmes recluses, l'unique mobile de leur intimité ; ce n'est pas la vertu qui les lie, c'est le foutre ; on plaît à celle qui bande pour nous, on devient l'amie de celle qui nous branle. Douée du tempérament le  plus actif, dès l'âge de neuf ans j'avais accoutumé mes doigts à répondre aux désirs de ma tête, et je n'aspirais, depuis cet âge, qu'au bonheur de trouver l'occasion de m'instruire et de me  plonger dans une carrière dont la nature précoce m'ouvrait déjà les portes avec autant de complaisance. Euphrosine et Delbène m'offrirent bientôt ce que je cherchais. La supérieure, qui voulait entreprendre mon éducation, m'invita un jour à déjeuner... Euphrosine s'y trouvait ; il faisait une chaleur incroyable, et cette excessive ardeur du soleil leur servit d'excuse à l'une et à l'autre sur le désordre où je les trouvai : il était tel, qu'à cela près d'une chemise de gaze, que retenait simplement un gros nœud de ruban rose, elles étaient en vérité presque nues. - Depuis que vous êtes entrée dans cette maison, me dit Mme Delbène, en me baisant assez négligemment sur le front, j'ai toujours désiré de vous connaître intimement. Vous êtes très jolie, vous m'avez l'air d'avoir de l'esprit, et les jeunes personnes qui vous ressemblent ont des droits bien certains sur moi... Vous rougissez, petit ange, je vous le défends ; la pudeur est une chimère ; unique résultat des mœurs et de l'éducation, c'est ce qu'on appelle un mode d'habitude ; la nature ayant créé l'homme et la femme nus, il est impossible qu'elle leur ait donné en même temps de l'aversion ou de la honte pour paraître tels. Si l'homme avait   Première partie - Page 4 - toujours suivi les principes de la nature, il ne connaîtrait pas la pudeur : fatale vérité qui  prouve, ma chère enfant, qu'il y a certaines vertus qui n'ont d'autre berceau que l'oubli total des lois de la nature. Quelle entorse on donnerait à la morale chrétienne, en scrutant ainsi tous les principes qui la composent ! Mais nous jaserons de tout cela. Aujourd'hui, parlons d'autre chose, et déshabillez-vous comme nous. Puis, s'approchant de moi, les deux friponnes, en riant, m'eurent bientôt mise dans le même état qu'elles. Les baisers de Mme Delbène prirent alors un caractère tout différent... - Qu'elle est jolie, ma Juliette ! s'écria-t-elle avec admiration ; comme sa délicieuse petite gorge commence à bondir ! Euphrosine, elle l'a plus grosse que toi... et cependant à peine treize ans. Les doigts de notre charmante supérieure chatouillaient les fraises de mon sein, et sa langue frétillait dans ma bouche. Elle s'aperçut bientôt que ses caresses agissaient sur mes sens avec un tel empire que j'étais prête à me trouver mal. - Oh, foutre ! dit-elle, ne se contenant plus et me surprenant par l'énergie de ses expressions. Sacredieu, quel tempérament ! Mes amies, ne nous gênons plus : au diable tout ce qui voile encore à nos yeux des attraits que la nature ne nous créa point pour être cachés ! Et jetant aussitôt loin d'elle les gazes qui l'enveloppaient, elle parut à nos regards belle comme la Vénus qui fixa l'hommage des Grecs. Il était impossible d'être mieux faite, d'avoir une peau plus blanche... plus douce... des formes plus belles et mieux prononcées. Euphrosine, qui l'imita presque tout de suite, ne m'offrit pas autant de charmes ; elle n'était  pas aussi grasse que Mme Delbène ; un peu plus brune, peut-être devait-elle plaire moins généralement ; mais quels yeux ! que d'esprit ! Émue de tant d'attraits, vivement sollicitée, par les deux femmes qui les possédaient, de renoncer comme elles à tous les freins de la pudeur, vous croyez bien que je me rendis. Au sein de la plus tendre ivresse, la Delbène m'emporte sur son lit et me dévore de baisers. - Un moment, dit-elle, tout en feu ; un instant, mes bonnes amies, mettons un peu d'ordre à nos plaisirs, on n'en jouit qu'en les fixant. A ces mots, elle m'étend les jambes écartées, et, se couchant sur le lit à plat ventre, sa tête entre mes cuisses, elle me gamahuche pendant qu'offrant à ma compagne les plus belles fesses qu'il soit possible de voir, elle reçoit des doigts de cette jolie petite fille les mêmes services que sa langue me rend. Euphrosine, instruite de ce qui convenait à Delbène, entremêlait ses  pollutions de vigoureuses claques sur le derrière, dont l'effet me parut certain sur le physique de notre aimable institutrice. Vivement électrisée par le libertinage, la putain dévorait le foutre qu'elle faisait à chaque instant jaillir de mon petit con. Quelquefois elle s'interrompait pour me regarder... pour m'observer dans le plaisir. - Qu'elle est belle ! s'écriait la tribade... Oh ! sacredieu, qu'elle est intéressante ! Secoue-moi, Euphrosine, branle-moi, mon amour ; je veux mourir enivrée de son foutre ! Changeons, varions tout cela, s'écriait-elle le moment d'après ; chère Euphrosine, tu dois m'en vouloir ; je ne pense pas à te rendre tous les plaisirs que tu me donnes... Attendez, mes petits anges, je vais vous branler toutes les deux à la fois. Elle nous place sur le lit, à côté l'une de l'autre ; par ses conseils nos mains se croisent, nous nous polluons réciproquement. Sa langue s'introduit d'abord dans l'intérieur du con d'Euphrosine, et de chacune de ses mains elle nous chatouille le trou du cul ; elle quitte quelquefois le con de ma compagne pour venir pomper le mien, et recevant ainsi chacune trois plaisirs à la fois, vous jugez si nous déchargions. Au bout de quelques instants la friponne nous retourne. Nous lui présentions nos fesses, elle nous branlait en dessous en nous gamahuchant l'anus. Elle louait nos culs, elle les claquait, et nous faisait mourir de plaisir. Se relevant de là comme une bacchante : - Rendez-moi tout ce que je vous fais, disait-elle, branlez-moi toutes les deux ; je serai dans tes bras, Juliette, je baiserai ta bouche, nos langues se refouleront... se presseront... se   Première partie - Page 5 - suceront. Tu m'enfonceras ce godemiché dans la matrice, poursuit-elle en m'en donnant un ; et toi, mon Euphrosine, tu te chargeras du soin de mon cul, tu me le branleras avec ce petit étui ; infiniment plus étroit que mon con, c'est tout ce qu'il lui faut... Toi, ma poule, continua-t-elle en me baisant, tu n'abandonneras pas mon clitoris ; c'est le véritable siège du plaisir dans les femmes : frotte-le jusqu'à l'égratigner, je suis dure... je suis épuisée, il me faut des choses fortes ; je veux me distiller en foutre avec vous, je veux décharger vingt fois de suite si je le  puis. Ô Dieu ! comme nous lui rendîmes ce qu'elle nous prêtait ! il est impossible de travailler avec plus d'ardeur à donner du plaisir à une femme... impossible d'en trouver une qui le goûtât mieux. Nous nous remîmes. - Mon ange, me dit cette charmante créature, je ne puis t'exprimer le plaisir que j'ai d'avoir fait connaissance avec toi ; tu es une fille délicieuse ; je vais t'associer à tous mes plaisirs, et tu verras qu'il est possible d'en goûter de bien vifs, quoiqu'on soit privé de la société des hommes. Demande à Euphrosine si elle est contente de moi. - Oh, mon amour ! que mes baisers te le prouvent ! dit notre jeune amie en se précipitant sur le sein de Delbène ; c'est à toi que je dois la connaissance de mon être ; tu as formé mon esprit, tu l'as dégagé des stupides préjugés de l'enfance : c'est par toi seule que j'existe au monde ; ah ! que Juliette est heureuse, si tu daignes prendre d'elle les mêmes soins. - Oui, répondit Mme Delbène, oui, je veux me charger de son éducation, je veux dissiper dans elle, comme je l'ai fait dans toi, ces infâmes prestiges religieux qui troublent toute la félicité de la vie, je veux la ramener aux principes de la nature, et lui faire voir que toutes les fables dont on a fasciné son esprit ne sont faites que pour le mépris. Déjeunons, mes amies, restaurons-nous ; lorsqu'on a beaucoup déchargé, il faut réparer ce qu'on a perdu. Un repas délicieux, que nous fîmes nues, nous rendit bientôt les forces nécessaires pour recommencer. Nous nous rebranlâmes... nous nous replongeâmes toutes trois, par mille nouvelles postures, dans les derniers excès de la lubricité. Changeant à tout moment de rôle, quelquefois nous étions les épouses de celles dont nous redevenions l'instant d'après les maris, et, trompant ainsi la nature, nous la forçâmes un jour entier à couronner de ses voluptés les  plus douces tous les outrages dont nous l'accablions. Un mois se passa de la sorte, au bout duquel Euphrosine, la tête perdue de libertinage, quitta le couvent et sa famille pour se jeter dans tous les désordres du putanisme et de la crapule. Elle revint nous voir, elle nous fit le tableau de sa situation, et trop corrompues nous-mêmes pour trouver du mal au parti qu'elle prenait, nous nous gardâmes bien de la plaindre ou de la détourner. - Elle a bien fait, me disait Mme Delbène ; j'ai voulu cent fois me jeter dans la même carrière, et je l'eusse fait infailliblement, si le goût des hommes l'eût emporté chez moi sur l'extrême amour que j'ai pour les femmes ; mais, ma chère Juliette, le ciel, en me destinant à une clôture éternelle, m'a créée assez heureuse pour ne désirer que très médiocrement toute autre sorte de plaisirs que ceux que me permet cette retraite ; celui que les femmes se  procurent entre elles est si délicieux, que je n'aspire à presque rien au-delà. Je comprends  pourtant qu'on aime les hommes ; j'entends à merveille qu'on fasse tout pour s'en procurer ; je conçois tout sur l'article du libertinage... Qui sait même si je n'ai pas été beaucoup au-dessus de ce que peut saisir l'imagination ? Les premiers principes de ma philosophie, Juliette, continua Mme Delbène, qui s'attachait  plus particulièrement à moi depuis la perte d'Euphrosine, sont de braver l'opinion publique ; tu n'imagines pas à quel point, ma chère, je me moque de tout ce qu'on peut dire de moi. Et que  peut faire au bonheur, je t'en prie, cette opinion de l'imbécile vulgaire ? Elle ne nous affecte qu'en raison de notre sensibilité ; mais si, à force de sagesse et de réflexion, nous sommes  parvenues à émousser cette sensibilité au point de ne plus sentir ses effets, même dans les choses qui nous touchent le plus, il deviendra parfaitement impossible que l'opinion bonne ou
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks